ÉDITO 20#47 – 18/11/20

Luc Baillet
Vues: 265
Temps de lecture:1 Minutes, 44 Secondes

La semaine dernière, au lendemain du 11 novembre, j’évoquais la chanson des sacrifiés de Craonne. (cf Lettre d’Info 20#02)

Aujourd’hui, c’est le son lourd des combats qui émane des tranchées. Le documentaire “Hold-Up” a réveillé bien des tirailleurs jusqu’alors sidérés par l’avalanche d’informations ici anxiogènes et là rassurantes…

Au delà des polémiques provoquées par ce film, présenté sommairement dans notre hebdo des Actus 20#46, le Comité de Rédaction de #mediAplus a observé un recul stratégique avant de prendre la position suivante:

Défendant ici le principe de neutralité dans la diffusion d’informations relatives à la sécurité sanitaire environnementale, il ne nous appartient pas ni de censurer, ni de promouvoir l’une ou l’autre théories exprimées tant dans ce film, que dans les posts publiés sur les réseaux sociaux que nous fréquentons.

Par contre, nous ne pouvons accepter les tentatives de censure ou d’intimidation de quelques lobbies que ce soient, aussi “impérieuse” la cause soit-elle.

Un débat portant sur le caractère complotiste des auteurs du film “HOLD-UP” nous importe peu. Par contre ce film pose de vraies questions sur la gestion d’une pandémie virale et rejoint les préoccupations de sécurité environnementale, qui méritent d’être débattues. En effet, cette crise sanitaire fait ressortir le drame des co-morbidités et l’urgence de prévenir l’épidémie de cancers actuelle et à venir, et autres maladies cardiovasculaires, dont une bonne partie est liée aux activités professionnelles du BTP et aux séjours dans des bâtiments et sites pollués (formaldéhyde, amiante, plomb, HAP, silice, radon, nanomatériaux,…).

Pour résumer le consensus qui éclairera nos cheminements ultérieurs, nous empruntons in extenso, la conclusion de Laurent MUCCHELLI, publié dans l’Episiode 33 dans son blog hébergé sur Médiapart:

“Ce n’est que dans l’organisation de réels débats contradictoires, respectant l’éthique de la discussion, excluant tout argument d’autorité des processus d’administration de la preuve et ne préjugeant jamais de la « vérité », que l’on pourrait réduire la fracture dangereuse entre les élites dominantes et une partie croissante du peuple”.

Pour le Comité de Rédaction, Luc BAILLET, Président du GIE VILLAGE AMIANTE

Happy
Happy
0
Sad
Sad
0
Excited
Excited
0
Sleepy
Sleepy
0
Angry
Angry
0
Surprise
Surprise
0

Laisser un commentaire

Next Post

Le renouveau démocratique passera-t-il par l’Assemblée nationale ?

Un collectif d’acteurs de la vie publique et associative – dont Sciences Citoyennes – demande d’urgence l’organisation d’une Convention citoyenne sur le renouveau démocratique. La tribune À l’heure de l’examen final d’un projet contesté de réforme du Conseil économique, social et environnemental (Cese), plusieurs collectifs appellent à signer une pétition […]